Linguistique amazighe


Colloque international sur la vie et l’œuvre de Lounes MATOUB. les 19, 20 et 21 juin à l’Université Béjaïa

Timlilit tussnant tagerɣlant ɣef tmeddurt d umahil n Lounes MATOUB.

Ad d-tili : ussan n 19, 20 d 21 di yunyu di Tesdawit A. Mira n Bgayet-Abudaw. 

 

 [=Colloque international sur la vie et l’œuvre de Lounes MATOUB.

Il aura lieu les 19, 20 et 21 juin à L’Université A. Mira Béjaïa - Campus Abudaw].

 

Tamukrist
Lwennas Matub ilul ass n 24 deg yennayer 1956 deg taddart n Tewrirt LM-Musa, deg Wat Meḥmud (At Dwala, Aɣir n Tizi Wezzu) ; 

yemmut, yettwanɣa s leɣder ass n 25 deg yunyu 1998 deg Tala b-Bunan, amḍiq i d-yezgan tama n taddart-is. Lwennas Matub iga-ten akk deg tudert-is, yella d amedyaz, d bab n uẓawan rnu d acennay. Ɣer tama n tmedyezt d uẓawan; d awadem yettwassen nezzeh deg tmetti, d ameɣnaz n tugdut d yizerfan n Umdan.

Tiɣin ay uɣent ccnawi-ines deg wallaɣen n medden d tiɣin lqayen, abeɛda deg wallaɣen n yilemẓiyen n Tmurt n Leqbayel d wid n Tmazɣa, ama d wid yettidiren di Tmurt, ama d wid yunagen, ɣas ulamma ur t-ssinen werǧin, ur ḥdiren kra n wass mi yecna. 

Aɛerqub n yisefra-ines meqqer, hraw ; aɛerqub-ines yugten, ama deg wayen yerzan talɣiwin, ama deg wayen yerzan isental, tessassen-it-id tɣamsa yuran d tin n tmesliwt-tmeẓriwt, ama d tin n Lezzayer, ama d tin n tmura tiwerdanin ; ɣer tama n waya, isefra-ines wwin-d fell-asen At tesdawit deg tezrawin-nsen, llan dɣa ula d wid i d-yessufɣen idlisen ay ssnen yimeɣriyen.

Iswi n temlilit ara d-theyyi Tesga n Tutlayt d Yidles n Tmaziɣt n Tesdawit n Bgayet deg wusan n 19 d 20 d 21 deg yunyu 2018 d asissen iwatan ɣef wayen akk iga Lwennas Matub deg tudert-is ; d timlilit tagraɣlant ara d-yawin ɣef tmeddurt n Lwennas, ɣef yisefra-ines akked, ma yella wamek, ɣef uẓawan-ines.

Timlilit-a ad tili d tagnit ara d-yesdukklen imussnawen d wid akk iḥemmlen Lwennas Matub, d tagnit ideg ara msenfalent timuɣliwin d tmussniwin ɣef Lwennas-argaz akked wayen i d-yenna d wayen i d-yeǧǧa deffir-s i yineggura.

Tagi ihi d tiɣri n usiwel i wi iran ad yekki deg temlilit-a. 

Agumen imeqqranen n wahil-is d wi :

1. Tameddurt n Lwennas Matub : tinagwin, timsal yerzan tudert-ines neɣ timeɣnest-ines ;

2. Tamedyezt n Lwennas Matub : tizrawin akked tselḍin n usefru (n yisefra)-ines ;

3. Lwennas Matub : aẓawan akked d ccna-ines.

 

Argumentaire

Né le 24 juillet 1956 au village Taourirt Moussa, à At Douala (Tizi-Ouzou) et Nmort assassiné, le 25 juin 1998 au lieu-dit Tala Bunan, situé tout près de son village natal, Lounès Matoub était à la fois auteur (poète), compositeur et interprète de ses propres chansons. Il était également un acteur social important et un militant infatigable de la démocratie et des droits de l’Homme.

L’impact social de l’œuvre « chantée » de Matoub est aujourd’hui retentissant, en particulier auprès des jeunes Kabyles et Maghrébins, ceux du pays et ceux de la diaspora, qui ne l’ont pourtant jamais connu, ni vu chanter sur scène. 

Son œuvre poétique, également riche et diverse, aussi bien par ses formes que par ses thèmes, a fait l’objet de plusieurs comptes rendus dans la presse écrite et audio-visuelle, algérienne et étrangère, mais également d’études universitaires, dont certaines ont été publiées et connues du large public.

C’est dans le but de connaître un peu mieux toutes ces facettes du même homme que le Département de Langue et Culture Amazighes de l’Université de Béjaïa projette d’organiser, les 19, 20 et21 juin 2018, un colloque international sur la vie de l’homme, son œuvre poétique et, dans la mesure du possible, son œuvre musicale, sous le titre : 

Lounès Matoub, biographie et œuvre,.

Ce colloque permettra aux spécialistes et amateurs de l’œuvre de Lounès Matoub de se rencontrer et d’échanger autour de la biographie de l’homme, mais également et surtout autour des diverses facettes de son œuvre.

Un appel à communication est lancé pour contribuer à ce colloque, dont voici les axes :

1. Biographie de Lounès Matoub : témoignages, éléments relatifs à sa vie propre, à sa militance ;

2. Œuvre poétique de Lounès Matoub : études et analyses d’un (ou de plusieurs) poèmes(s) ;

3. Lounès Matoub comme musicien et comme interprète.

 

 

 

 

PROGRAMME DES COMMUNICATIONS

JOURNEE DU MARDI 19 

 

MATINEE (9H-12H30) :

–9h-11h :ouverture/tireẓmi

–11h-11h 20 :« MatoubLounès : un philosophe méconnu » parAHMED BOUALIL (Professeur., UMMTO).

–11h 20-11h 40:« LounèsMatoub : une œuvre, un combat »parABDELMOTTALEB ZIZAOUI (Professeur, AGADIR, MAROC).

11h 40-12h:« Poète engagé, « homme révolté », et Asfel sacrifié : Matoub ou le triple référent d’un imaginaire sociopolitique »parDJAMEL CHIKH (Ph.D, OTTAWA, CANADA).

12h-12h30 : débat-askasi

12h30-13h 45 : déjeuner-imekli

 

APRES-MIDI (14H-17H30) :

–14h-14h15 : « Discours sur et autour de l’assassinat de Matoub Lounes : analyse de la couverture médiatique de son assassinat »parRACHID CHIBANE (MCA, C.UNIVERRSITAIRE, TINFOUF).

–14h15-14h30 :« L’équation identitaire chez Matoub. Du surinvestissement d’une thématique à la constitution d’un projet de société »par MOHAND HADDAD (MCB, BEJAIA).

–14h30-14h45 :« Ajerred n tezlatin n Maɛtub Lwennas deg youtube»par SALAH BAYOU (DOCTORANT, DLCA-BATNA).

–14h45-15h :« MatoubLounès : 20 ans après, une œuvre toujours singulière »

par FADILA ACHILI (MCA, UMMTO).

–15h-15h15 ::« MatoubLounes : Du don total de l’homme révolté à la renaissance de l’homme-déité » parMOHAMED-AMOKRANE ZORELI (MA, BEJAIA).

–15h15-15h30 :« La poésie de MatoubLounès : Dimensions historique et humaniste »par OUARDIA ACI (MCA, BLIDA 2) ET LEÏLA BOUZENADA (MA, BLIDA 2)

–15h30-15h45 :« Le legs Matoubien, une œuvre pluridisciplinaire: littérature, philosophie, socio-anthropologie, Histoire et engagement »par NORA BELGASMIA (MCA, UMMTO)

–15h45-16h :«Anza n LwennasMeɛṭubdegfacebook»par MOURAD HOUACINE (MA, DLCA-UMMTO).

–16h-16h15 :–« La trahison dans l’œuvre poétique de LounèsMatoub » parTAKFARINAS BELLACHE (MA, DLCA BEJAIA).

–16h15-16h30 : « Amek i yurez Maɛtub Lwennas tadyant-is ɣer tin n tmurt-is deg yiḍrisen n tmedyazt-is? »par NAIT CHABANE TAKFARINAS (MA, DLCA-UMMTO).

–16h30-16h45 :« MatoubLounes : si ccnaamḥaddiɣertigawttanmettit, si tigawttanmettitɣerccnaamḥaddi »par MASSINISSA SAIDANI (MA, BEJAIA).

–16h45-17h :« Tamedyezt n LwennasMatub : iḍriseniɣbula i tezrawttussnant n tmetti d umezruy »par MIRIA SAID & SAFIA YAHIAOUI (MA, BEJAIA)

 

17h15-18h :débat/askasi


 

JOURNEE DU MERCREDI 20

MATINEE (8H30-12H30)

–8h30-8h45 :« Rime, phonème et monème au service du thème »par MOUSSA IMARAZENE (PROF., UMMTO).

-8h45- 9h00 :« La souffrance et la résistance dans la poésie amazighe : le cas de MatoubLounès et ƐliAzaykou » par MOHAMED SGUENFEL (PROFESSEUR, AGADIR, MAROC).

–9h00-9h15 :« L’œuvre de Matoub à travers les titres de ses chansons »par LYDIA GUERCHOUH (MCA, UMMTO).

–9h15-09h30 : « فعل التلقي في أشعار معطوب لوناس » par KARIMA BELKHAMSA (MCA, BEJAIA).

–9h30-09h45 : « La femme dans l’œuvre de MatoubLounès » parFADHILA KACI (MCB, BEJAIA).

-9h45-10h00 :« Le Rebelle dans l'œuvrepoétique de MatoubLounes: un mythe personnel? »parLOUBNA BENHAIMI (MCA, BEJAIA).

7–10h00-10h15 :« La littérature populaire dans la poésie de MatoubLounes »par MUSTAPHA TIDJET (MCA, CRLCA, BEJAIA).

–10h15-10h30: « Mémoire vive, mémoire collective dans 5 chansons de MatoubLounès : récit et discours au miroir de la traduction »parAMMOUDEN M’HAND (MCA, BEJAIA) ET TAHAR HAMADACHE (DOCTORANT, BEJAIA).

–10h30-10h45 ::موجّهات الاغتراب في شعر معطوب لوناس (مقاربة في نماذج مختارة)par OUAHIBA DJERRAH (MCA, CU-MILA)

– 10h45-11h00 : « Analyse psychologique d’une œuvre de LounèsMatoub : le cas du poème Igujilen (« orphelins ») »par SOUAD AZIROU (MCA, UMMTO) ET NOURA YEFSAH (DOCTORANTE, UMMTO)

–11h-12h30 :débat/askasi

12h30-13h45:déjeuner/Imekli

 

APRES-MIDI (14H-17H30)

–14h-14h15 :« Approche linguistique de deux textes de chansons de LounèsMatoubAyenayenet A mm imezran »par MOUALEK Kaci (MCA, UMMTO).

–14h15-14h30 :« Esquisse de la pratique intertextuelle dans la poésie de MatoubLounès »parAYAD SALIM (MA, DLCA-BEJAIA).

–14h30-14h45 :« Pour une analyse sémiotique de la souffrance dans le poème «Yirlehlak» de MatoubLounès » parFARIDA HAMMAZ (DOCTORANTE, DLCA-UMMTO).

 

–14h45-15h :« La voix-instance féminine dans l’œuvre poétique de MatoubLounès » par RACHIDA FITAS (MA, DLCA-UMMTO).

–15h-15h15 ::« Le renouvellement littéraire chez LounèsMatoub » parSAIDA MOHAND SAIDI (MA, DLCA-UMMTO).

–15h15-15h30 :« Mythe, histoire et déviance chez LounèsMatoub »par YALLA SEDDIKI (DOCTEUR, UNIVERSITE PARIS 4)

–15h30-15h45 :«Tugna n tmeṭṭut di tmedyazt n LwennasMatub» par HABI DEHBIA (DOCTORANTE, DLCA-UMMTO)

–15h45-16h: « Tugna n usḥissef d uweṣṣi deg usefruTisirt n nndama » par TASSADIT YAHIAOUI ET GHANIA MOUZARINE (MA, DLCA-UMMTO).

–16h-16h15 :« Kra n yiferdisen ɣef usentel n tmagit deg tmedyazt n Matub Lunes » par KAHINA FLICI (MA, DLCA-UMMTO).

–16h15-16h30 :« Aγuṛṛu, Parodie de l’hymne national algérien, Qassaman ? » par OURDIA BOURAI-OULAMARA (MA, DLCA-UMMTO).

–16h30-16h45 : « L’usage des proverbes dans les textes poétiques de LounèsMatoub » parOUIZA TIKOBAINI & TASSADIT YAHIAOUI (MA, DLCA-UMMTO).

–16h45-17h :Iberdan n telsenfalit n unamekdegtsuqiltɣertefransist n yisefra n MaɛtubLwennas : Amedya n yiḍrisen n udlisLe Rebelle [Les procédés de réexpression du sens dans la traduction française des poèmes de MatoubLounès : Cas des textes publiés dans  Le Rebelle] par MOKRANE CHIKHI (MA, DLCA-BEJAIA).

–17H-17H15 :« Azal n tmedyazt n LwennasMeɛtubdeguselmed n tutlayt n tmaziɣt »par HASSIBA KHERBOUCHE (DOCTORANTE, DLCA-BEJAIA).

–17h15-17h30 :–« Tasleḍttasnilsant d tesnukyisant i krayisefra n MatoubLounes » parMOHAND OU RAMTANE IGHIT ET DJOHRA TITOUAH (DOCTORANTS, DLCA-BEJAIA).

17h30 : débat/askasi


 

JOURNEE DUJEUDI 21

MATINEE (8H30-12H30) :

–8h30-8h45 :« Indexation lexicale en vue d’une lecture isotopique du répertoire de LounèsMatoub » par MOHAND AKLI SALHI (PROF., UMMTO) ET PATRICE POGNAN (PROF., INALCO).

–8h45-09h00 :« Ccbaḥa n umyiḍres di tmedyazt n MatubLwennas (L’esthétique de l’intertexte dans l’œuvre poétique de MatoubLounès) »par MOHAMED DJELLAOUI (PROFESSEUR, BOUIRA).

–09h00-09h15 :« Iwalnutendegtmedyazt n MaɛtubLwennas »par BILAL BAYMOUT (MCB, DLCA-BATNA).

–09h15-09h30 :« Tixuterttasnalmudant n yiḍrisen n MeɛtubLwennas »par KANIAA RABDI  (MA, DLCA-BOUIRA).

–09h30-09h45 : « L’ironie et la parodie dans la poésie chantée de LwennasMatoub : quelques cas de figure » par YASMINA FOURALI & AMAR LAOUFI (MA, DLCA-BOUIRA).

–09h45-10h00 :« Amawal n tmedyezt n LwennasMatubgarusemres n wawalaqbur d usnulfu » par OURIDA AISSOU & LYNDA OUATAH (MA, DLCA-BEJAIA).

10h00-10h15  :« Tazamulitdegusugenasefran n MaɛtubLwennas » parFARIDA AMRAR  & HASSIBA AISAOUI (MA, DLCA-BOUIRA).

–10h15-10h30 :« Tunuɣt n tkanitdegtmedyaztn LwennasMatub » parCHIKHI HAKIM (DOCTORANT, DLCA-BOUIRA).

–10h30-10H45 : « La musique de Lounès  Matoub: Origines et spécificités »par MOHAMED REZZIK (DOCTORANT, DLCA-UMMTO).

–10h45-11H00 : « Contribution à l’étude de l’affectivité dans les textes poétiques de MatoubLounes » parNOUREDINE BELLAL (MA, DLCA-BOUIRA).

–11h-11h15 : L’univers passionnel dans trois poèmes de MatoubLounes : « YeḥzenlwadAissi », « Dayenidubrruḥ » et « La sœur musulmane » parZOHRA IBRI (DOCTORANTE, DLCA-UMMTO).

11h15- 12h 30-:débat/askasi

12h 30-13h50 : déjeuner/Imekli

 

APRES-MIDI (14H-17H)

–14h-14h15 :« Amyeḍresdegtmedyazt n LwennasMeɛtub » parTHELELI BELLAL ET ZINA HAMOUMI (DOCTORANTES, DLCA-BOUIRA).

–14h15-14h30 :« L’engagement identitaire et les valeurs culturelles ancestrales dans l’œuvre poétiques de LounèsMatoub » par SACIA KACED (MA, DLCA-UMMTO).

–14h30-14h45 :«Tasmidegtdegyisefra n LwennasMaɛtub»par DJAMAL NAHALI & ATIF MEZAINI (MA, DLCA-BATNA)

14h45-15h:« Ismidgendegtmedyazt n LwennasMatub : asnekwu d usegziilmend n umgired n tsekta» parATMANE RAHMANI et KARIM BOUKHENNAF (DOCTORANTS, DLCA-BEJAIA).

15h-15h15 : « La traduction littérale en poésie, entre fidélité et ambigüité : le cas de « MatoubLounes, tafat n wurɣu » de Rachida FITAS » parHABIB HAMMI & NAIMA HAMDI (DOCTORANTS, DLCA-BEJAIA).

–15h15-15h30 :« Amawal d uswir n tutlaytdegyisefra-tizlatin n MatoubLounès i d-yewwinɣefumezruy » parYACINE MEZIANI (MA, DLCA-BEJAIA).

–15h30-15h45 :« La représentation de la faune et de la flore dans la poésie de LounèsMatoub » parSALIHA IGGUI (MA, DLCA-BEJAIA).

–15h45-16h ::« Les emprunts dans les chansons de MATOUB Lounes : un choix ou une nécessité ? »parALI LAHDIR (DOCTORANT, DLCA-UMMTO).

16h-16h15 :«  « Etude des néologismes et des emprunts utilisés dans l’œuvre poétique de LounèsMatoub »par LYNDA KADRI ET KHALID TAIBI (DOCTORANTS, DLCA-BOUIRA).

17h30 :débat/askasi

18h: clôture-recommandations


18/06/2018
0 Poster un commentaire

LE DOUBLE DÉCLASSEMENT DIGLOSSIQUE DE TAMAZIGHT : ENTRE L’IMPÉRATIF DE SON AMÉNAGEMENT ET LES EXIGENCES DE SA SURVIE SOCIOLINGUISTIQUE

*  *  *

Published on Tuesday, June 13, 2017 by João Fernandes

SUMMARY

Tamazight, langue maternelle polynomique disposant d’une vitalité suffisante, au statut national et officiel (insertion dans le système éducatif en 1995, statut de langue nationale en 2002 et officielle en 2016), s’est vue rapidement dédoublée d’une variété dite « standard » dédiée aux fonctions socialement valorisées (domaine formel). « Tamazight », au sens où nous l’entendons ici-- un terme générique au singulier qui renvoie dans les faits à une pluralité de variétés naturelles maternelles d’une partie des Algériens--, tend à être resémantisé pour désigner une novlangue artificielle dite « standard » et elle seule.

ANNOUNCEMENT

Colloque international, Algérie les 18 et 19/11/2017

Ce colloque est le prolongement des sept colloques organisés dans plusieurs villes Algériennes :

  • Le 7ème a eu lieu à la bibliothèque nationale d’Algérie, 6-7 Novembre 2016.
  • Le 6ème a eu lieu à l’université de Batna (Algérie), 5 - 7octobre 2015.
  • Le 5ème a eu lieu du 28 au 30 novembre 2013 à Ghardaïa (Algérie).
  • Le 4ème « Les langues de moindre diffusion sur le web numérisations, normes et recherches » tenu à Boumerdès (Algérie)
  • Le 3ème Juin 2010 sur « la dictionnairique de langues de moindre diffusion (le cas du tamazight) » tenu à Tipaza (Algérie).
  • Le 2ème Mai 2009 sur « les TICE et les méthodes d'enseignement/apprentissage des langues », tenu à Tipaza (Algérie).
  • Le 1er Juin 2008 sur « la normalisation, la numérisation, la BNB et le e-learning », tenu à Tipaza (Algérie).

Problématique

Attaché à la posture scientifique critique des perspectives d’analyse, de traitement, et d’aménagement de la langue tamazight et de son enseignement, préconisée depuis ses premiers évènements scientifiques, le CNPLET/MEN et ses partenaires traditionnels (le laboratoire paragraphe de l’université Paris 8 et Cergy-Pontoise), appellent les spécialistes et universitaires intéressés à proposer des communications au colloque international qui se tiendra les 18/11 et 19/11/17 en Algérie conformément à la problématique suivante.

Tamazight, langue maternelle polynomique disposant d’une vitalité suffisante, au statut national et officiel (insertion dans le système éducatif en 1995, statut de langue nationale en 2002 et officielle en 2016), s’est vue rapidement dédoublée d’une variété dite « standard » dédiée aux fonctions socialement valorisées (domaine formel).

« Tamazight », au sens où nous l’entendons ici-- un terme générique au singulier qui renvoie dans les faits à une pluralité de variétés naturelles maternelles d’une partie des Algériens--, tend à être resémantisé pour désigner une novlangue artificielle dite « standard » et elle seule.

Les variétés naturelles de tamazight, déjà fortement concurrencées par le français et l’arabe scolaire dans le domaine formel, sont mises, ipso facto, dans une position d’insécurité aggravée en raison de leur fonctionnalité sociale et de la montée de la norme tamazight dite « standard » qui ambitionne de s’imposer à l’école et aux médias.

Cette émergence est en passe de provoquer un déclassement diglossique (cette notion renvoie à la rétrogradation de l’Occitan qui, perdant de son prestige historique, devient la langue « basse » dans le dispositif francophone) -- concept que l’on doit à la sociolinguistique occitane (Robert Lafont).

Dans les faits, le plurilinguisme algérien enregistre actuellement un double déclassement diglossique de tamazight. Le premier déclassement résulte du fait que les variétés de tamazight (vernaculaires) ont toujours occupé le domaine des rapports non formels, laissant le domaine formel pour le français et l’arabe scolaire, et celui de la communication extensive nationale et maghrébine à l’arabe algérien (véhiculaire). Le second déclassement découle du fait que cette novlangue tamazight tente de s’imposer comme variété haute de la sphère tamazightophone, provoquant corrélativement le déclassement des variétés naturelles maternelles d’un degré supplémentaire.

Le plurilinguisme diglossique algérien, englobant le plurilinguisme tamazightophone (les variétés maternelles), est en passe d’être reprofilé en se complétant d’une diglossie (au sens de Fergusson) propre au domaine tamazightophone.

Il a été soutenu (DOURARI A., « Normalisation de tamazight et glottopolitique », in Maghreb Emergent du 25/06/2014) qu’un tamazight standard, pur artéfact au sens théorique et pratique, est, au moins dans l’immédiat, une virtualité relevant du domaine de l’utopie, en termes de fonctionnalité sociale escomptée. L’une des raisons est liée au fait que les locuteurs tamazightophones (les élites instruites) qui sont susceptibles de s’y intéresser ne soient pas monolingues, d’un côté, et au fait, d’un autre côté, que les langues qui dominent le domaine formel (français et arabe scolaire) sont puissamment ancrées dans l’habitus culturel, langagier et institutionnel de la société eu égard à leurs fonctions sociales effectives dans le marché linguistique.

Si la vitalité d’une variété dépend fondamentalement de l’adhésion de ses locuteurs, en raison de sa disponibilité socio-historique et du sentiment de bonheur identitaire et culturel qu’elle leur procure (pyramide d’Abraham Maslow), ce « tamazight dit standard » ne semble pas pour l’instant en représenter l’instrument idéal. Il faut souligner que son enseignement et la littérature qui y est produite ne suscitent qu’un intérêt social relatif loin de l’enthousiasme espéré, contraignant la revendication militante à la posture paradoxale de la demande d’ « imposition de son enseignement », y compris en Kabylie où la demande sociale est supposée être très forte. Est-ce un désintérêt ? Qui, en plus, n’a fait l’objet d’aucune étude scientifique évaluative, ce qui est en soi un indice révélateur ?

Aujourd’hui, l’un des moyens les plus surs et le plus rapide, pour le recueil, la conservation, le développement et la diffusion des langues, est la confection de bases lexicales, et de corpus d’expressions de tous ordres compatibles avec une utilisation informatisée. Le traitement automatique est une tâche nécessaire, se situant à l’intersection des préoccupations de l’informaticien et du linguiste surtout à l’ère de l’informatique systématisée et le web. C’est sur la base d’une analyse linguistique approfondie de corpus recueillis sur le terrain que pourra se réaliser une extraction automatique optimale des données selon le besoin défini.

Axes thématiques

Se posent alors les questions suivantes :

1) Quelle est la nature de la demande sociale d’enseignement de cette langue : tamazight maternelle ou novlangue standardisée ?

2) Comment les observateurs et utilisateurs (militants, locuteurs, élèves…) de tamazight se représentent-ils cette novlangue ?

3) A-t-elle une influence significative sur leurs pratiques langagières courantes ?

4) Tamazight dans la production littéraire : Comment est-elle perçue par le lectorat ?

5) Toute standardisation linguistique n’entraine-t-elle pas systématiquement un effet d’artéfact et un déclassement diglossique ?

6) La rupture avec la langue maternelle (variétés de tamazight) dans le processus de scolarisation, n’est-elle pas l’une des causes les plus influentes sur l’adhésion (motivation) à cet enseignement, sur le choix des pratiques langagières et sur les attitudes linguistiques ?

7) Quels sont les incidences de ce déclassement diglossique sur la pérennité des variétés maternelles naturelles ?

8) Quelles sont les stratégies d’aménagement et les approches méthodologiques qui favoriseraient au mieux la longévité de cette langue ?

9) Faut-il maintenir la polynomie et procéder à la standardisation progressive des variétés régionales ou privilégier la standardisation /unification globale ? Dans quels buts glottopolitiques ?

10) Quels sont les objectifs sociolinguistiques qu’il faut assigner à cet aménagement dans une visée glottopolitique globale ?

11) Qu’en est-il de l’enseignement de tamazight dans le système éducatif algérien ? et quels objectifs sociaux et didactiques faut-il lui assigner ?

12) Qu’en-est-il de son enseignement dans le système éducatif marocain ?

13) Qu’en est-il de l’évolution de la politique linguistique en Algérie et au Maroc ? Y a-t-il une stratégie d’intégration des variétés de tamazight, notamment dans les différentes institutions de l’Etat et dans les médias ?

14) Comment le consortium commun ISO et TEI dictionary permet-il aux langues de se pérenniser et se développer dans l’environnement informatique.

15) Comment les TIC peuvent-ils aider au développement et à la diffusion de la langue tamazight compte tenu des variétés maternelles.

16) Comment le web sémantique peut-il être utile pour faire des recherches dans des corpus en langue Tamazight.

17) Existe-t-il des ontologies numériques en langue Tamazight ?

18) Quelle est la place du Tamazight sur le web.

19) Quel est le rôle des réseaux sociaux pour l’apprentissage d’une langue et pour établir des liens sociaux entre les personnes.

20) Etc …

Ce colloque étant posé comme cadre de réflexion scientifique sereine, les communicants devront tirer leur argumentation des connaissances théoriques et pratiques développées dans le cadre de la sociolinguistique, de la socio-didactique, des neurosciences, de la glottopolitique et plus généralement des sciences sociales et humaines, mais aussi des humanités numériques comprenant l'hypertexte et l'hypermédia. La description et l’analyse de cas typiques observés ou des cas analogues d’aménagement linguistique ayant réussi ou échoué est souhaitée.

Ce colloque s’interroge aussi sur l’apport des TIC pour le développement de la langue Tamazight en analysant d’une part sa présence sur le web et les réseaux sociaux et d’autre part, sur l’importance du numérique pour sauvegarder et diffuser une langue.

NB Les résumés de propositions de communication d’une page (en times new roman 12pts), accompagnées de CV brefs, doivent être adressées à :

« centretamazight@yahoo.fr » « rezakdurari@yahoo.fr » « idsaleh@orange.fr »

Calendrier

  •  Date limite de soumission des propositions : 30 Juillet 2017

  •  Envois des textes complets de communication : 15 Octobre 2017
  •  Langues de communications : Arabe, Français, Anglais, Espagnol

Comité scientifique

Présidents du Colloque

  • Prof. SALEH Imad ; Directeur du Laboratoire Paragraphe, U. Paris 8 et Cergy-Pontoise
  • Prof .DOURARI Abderrezak, Directeur du CNPLET/MEN

Membres :

  •  ABDELDJALIL Elimam(Prof. Espagne)
  •  AOUMER Fatsiha(MCF. Université Abderrahmane Mira Bejaia- Algérie-)
  •  BEKTACHE Mourad(Doyen Faculté des Lettres et des Langues -Université de Béjaia)
  •  BELGASMIA Nora(MCF. Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou- Algérie-)
  •  BLACKWOO Robert(Prof. Université Liverpool –Royaume-Uni)
  •  BOUALILI Ahmed(MCF. Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou- Algérie-)
  •  CHACHOU Ibtissem (MCF, Université de Mostaganem- Algérie-)
  •  CHEMAKH Said(MCF. Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou- Algérie-)
  •  HADDADOU Md Akli(Prof. Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou- Algérie-)
  •  HASSOUN Mohamed (Prof. ENSSIB, France)
  •  HESSAS Hakim (MCF Université Alger2- Algérie-)
  •  IMARAZENE Moussa (Prof. Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou-Algerie )
  •  LAMIREL Jean Charles (MCF/HDR, Loria-France)
  •  MAHRAZI Mohand (MCF. Université Bouira- Algérie-)
  •  MEKSEM Zahir (MCF. Université Bejaia- Algérie-)
  •  MORSLY Dalila (Prof. Université Angers, France)
  •  OULD-BRAHAM Ouahmi (Chercheur, Maison des Sciences de l’Homme Paris. Nord)
  •  SABRI Malika (Prof, Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou- Algérie-)
  •  SADEK Fodil (Prof. Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou- Algérie-)
  •  SZONIECKY Samuel (MCF, Université Paris 8)
  •  TALEB -IBRAHIMI Khaoula (Prof. Université Alger 2- Algérie-)
  •  TIDJET Mustapha(MCF. Université Abderrahmane Mira Bejaia- Algérie-)
  •  ZREIK khaldoun (Prof. Université Paris 8, Laboratoire paragraphe, France

SUBJECTS

DATE(S)

  • Sunday, July 30, 2017

CONTACT(S)

  • Abderrezak Dourari
    courriel : rezakdurari [at] yahoo [dot] fr

REFERENCE URLS

INFORMATION SOURCE

  • Tamazight Centre
    courriel : centretamazight [at] yahoo [dot] fr

TO CITE THIS ANNOUNCEMENT

« Le double déclassement diglossique de Tamazight : entre l’impératif de son aménagement et les exigences de sa survie sociolinguistique », ColloquiumCalenda, Published on Tuesday, June 13, 2017, http://calenda.org/408094


15/06/2017
0 Poster un commentaire

Programme de la Licence de Langue Tamazi?t à l'ENSB (Bouzaréah).

Ahil n turagt n tutlayt tmaziɣt deg ENSB (Bouzaréah) :
===========================================
Programme de la Licence de Langue Tamaziɣt à l'ENSB :
=============================================
C'est la version française des intitulés des modules d'enseignement qui forment le programme de formation des étudiants en vue d'une licence de langue tamazight. La licence de tamazight s'étale sur six semestres. Voici donc les intitulés des modules qui sont suggérés au ministère de l'enseignement supérieur.

Premier Semestre :
================
1. Pratique et techniques de l'oral.
2. Pratiques et techniques de l'écrit.
3. Introduction à la linguistique générale.
4. Phonétique.
5. Ecriture et Diction ( orthographe, notation usuelle )
6. Approche des textes : Oralité.
7. Etude d'un dialecte amazigh : tacawit.
8. Introduction à la sociologie culturelle.
9. Histoire et civilisation amazighs.
10. Langue étrangère (I) : Français.

Deuxième Semestre :
=================
1. Pratique et techniques de l'oral (II)
2. Pratiques et techniques de l'écrit. (II)
3. Introduction à la linguistique générale. (II)
4. Phonologie.
5. Ecriture et Diction (II) ( Orthographe, notation, prononciation)
6. Approche des textes : Oralité. (II)
7. Etude d'un dialecte amazigh : tacawit. (II)
8. Anthropologie sociale et culturelle.
9. Histoire et civilisation amazighs. (II)
10. Langue étrangère 1 (I) : Français. (II)
11. Informatique (I):Notions de bases.Mise en marche d'unPC

Troisième Semestre :
=================
1. Pratique et techniques de l'oral. (III)
2. Pratiques et techniques de l'écrit. (III)
3. Introduction à la linguistique générale.
4. Linguistique contrastive.
5. Morphologie Lexicale.
6. Sémantique Lexicale.
7. Etude d'un dialecte amazigh : (III).
8. Traductologie.
9. Histoire et civilisation amazighs. (III)
10. Langue étrangère 2 : Anglais (I)
11. Informatique (II) : Bureautique - Systèmes d'exploitation.

Quatrième Semestre : 
==================
1. Pratique et techniques de l'oral. (IV)
2. Pratiques et techniques de l'écrit. (IV)
3. Syntaxe.
4. L'oralité et les problèmes de passage à l'écrit.
5. Lecture de textes littéraires amazighs contemporains.
6. Recherche documentaire.
7. Etude d'un dialecte amazigh (IV)
8. Méthodologie (I) (de la recherche). 
9. Langue étrangère 2 : Anglais (II)
10. Langue étrangère (I) : Français.
11. Informatique (III) : l'audio-visuel, internet, web, et N.Techn.

Cinqhième Semestre :
==================
1. Didactique Générake.
2. Psychopédagogie.
3. Systèmes grammaticaux.
4. Confection d(outils pédagogie et gestion de la classe.
5. Etude des programmes et des manuels scolaires.
6. Méthodologie (II)
7. Etude d'un dialecte amazigh (V)
8. Initiation à la léxicométrie.
9. Découverte des archives.
10. Evaluation

Sixième Semestre :
================
1. Législation. 
2. Stage pratique.
3. Mémoire de fin d'études (Licence)


02/06/2017
0 Poster un commentaire

Examen final du S2

E.N.S.Bouzaréah - Aseggas 1-ru n turagt n tmaziɣt
======================================
1e année Licence de Langue Tamazight :
==============================
Ha-t-an uḍris ay asen-d-fkiɣ iyinelmaden n useggas amezwaru n turagt n tmaziɣt (1e année Licence de langue tamaziɣt) deg ukayad n umesdis wis (2e semestre). Sseddaɣ-d daɣen isteqsiyen.
______
Aḍris :

Iggen wass, alɣem d uyis d weɣyul llan deg wurti sserḥen ur ten-walan midden. Yenna-as uyis i welɣem d weɣyul : - Seɣdet, ccet s tsusmi, ur ssawalet : lukan ad aɣen-d-slen yibunadmen, ad aɣen-ṭṭfen, ad aɣen-sxedmen axdam yuɛeṛ !

Ayis yenna-asen : - Necci tɣareɣ s tazzla. Lukan ad d-yas ḥedd ? Ad rewleɣ, ur inejjem ad iyi-d-iteṭṭef.

Aɣyul d azkakri, yenna-asen : - Necci, yusa-iyi-d yiggen n uɣanna d aweḥdi i xseɣ ad t-ɣenniɣ. 
Nnan-as : - Lukan ad tɣennid ad aɣen-d-slen midden, ad d-asen ad aɣen-ṭṭfen.
Aɣyul ur iɣis ad yaɣ awal. Iɣenna.. Usin-d midden, ṭṭfen-ten netta d welɣem. Ma d ayis yeẓwa yerwel ur t-id-ṭṭfen. Ḥemmlen ɣef-sen ticekkaṛin, ulin ɣef-sen, rekben-ten. Yenna-as welɣem i weɣyul : - Rgeb batta i aɣen-tjid ! jjur imaṛ-u tcemmṛed !

Llan jjuren deg yiggen webrid d ajedrar. Aɣyul, netta d aḥili, yerra iman-is yeɛya. Cemmṛen-t netta d wani cemmṛen ɣef-s. Jjan-t ɣef welɣem. Alɣem yezɛef ɣef weɣyul, d netta i d-yewwin leɛdab-u. Yesɣed : ur d-yenni cra. Yebda yejjur. Alin mɛa yiggen n wewrir. Yaweḍ welɣem ɣer yiggen n umčan deg-s idɣaɣen d izeɛlak. Dinni, yenna-as i weɣyul : - Ceččin, tellid tɣennid-d aɣenni d aweḥdi… imaṛ-u necci xseɣ ad rekseɣ.
Yenna-as weɣyul : - Ur rekkes da, amaɣer acal d uctim wel trekksed d aweḥdi. Ejj ald naweḍ tamuṛt yellan deg-s ijdi ad d-yas urkas deg-s yebha.
Yenna-as welɣem : - Tabejna-inu tenna-iyi-d : rkes da ! ceččin tettɣennid necc ad rekkseɣ…

Alɣem yebda irekkes, yekli (yesseɣli) aɣyul ɣef yedɣaɣen, yejj-it yerreẓ… Ticekkaṛin uḍant, alɣem yeṛwel, yelḥeq ameddučel-is ayis. Aɣyul, ɣersen-t midden amaɣer wel ineffeɛ i cra, yerreẓ ! Tanfust-u ɣef ubunadem wel yettaɣen awal i wasi yenṣeḥ-t. Lukan wel iɣenna weɣyul wel yettwiɣris.

Amur I : Tigzi n uḍris 
================
1 – D acu-t usentel iɣef d-yewwi uḍris-a ? Efk-as izwel iwatan.
2 – Kkes-d seg uḍris snat ar kṛad n tefyirin i d-yesbanayen aɣyul yeqqur uqerru-is ?
3 – Maɣef i yexs welɣem ad yerkes ? Amek i as-teḍra i weɣyul deg taggara ?
4 - Segzi-d awalen-a taruḍ yal yiwen deg-sen deg tefyirt :
3.1 – Sɣed 3.2 - Rgeb 3.3 – rkes

 

Amur II : Tira n tmaziɣt
=================

1. Kkes-d seg uḍris semmus n yismawen yellan deg waddad amaruz. Aru-d addad-nsen ilelli tgelmeḍ-d abeddel i d-yellan deg yisem.
2. Err-d tafyirt-a s udem wis sin n usget unti s talɣa tibawt. 
« Llan jjuren deg yiggen webrid d ajedrar. » 
3. Amek ara nessemgirred ger tenzeɣt « d » d tzelɣa n tbadut. Awi-d imedyaten seg uḍris.
4. Sleḍ tafyirt-a s ubdar n yismawen n yiferdisen d twuriwin-nsen tinejṛumin

Amur wis III : tanfalit yuran
====================

 

Fren ger sin yisental-a. Amezwaru d tira n uḍris ɣef usentel n tenfust-a. Wis sin : fren tanfust i triḍ siwel-itt-id deg uḍris n wugar n 10 n yizirigen.

 

Afud igerrzen !
______________

 

Hamid Oubagha


01/06/2017
0 Poster un commentaire

Le sage ouvre son cœur Lounis Aït Menguellet comme dans un confessional

Le sage ouvre son cœur

Lounis Aït Menguellet comme dans un confessional

[ Entretien avec Lounis Ait Menguellet. Réalisé par Kamela Haddoum et publié dans  "La dépêche de Kabylie" datée du jeudi 1er juin 2017. ]

 

A la veille de l’entame de sa série de concerts à Tizi-Ouzou (les 1er, 2 et 3 juin à la Maison de la culture Mouloud Mammeri), Lounis Aït Menguellet a reçu notre journaliste, hier matin, chez lui, sur les hauteurs de Kabylie, à Ighil Bouamas. Il se livre sans retenue, comme il l’a rarement fait par le passé. Il remonte son parcours et sa vie. C’est exclusif !

La Dépêche de Kabylie : Si on remontait un peu dans vos souvenirs et évoquait vos débuts dans la chanson…

Lounis Aït Menguellet : Ah, le début (soupire) ! L’amour de la chanson m’est venu de ma famille. C’était une famille ouverte, j’étais entouré de femmes. Ma mère, ma grand-mère, au fait j’ai eu quatre grands-mères. Mon grand père s’est marié trois fois. On a tous vécu dans la même maison. Toutes ces bonnes femmes ont su me transmettre l’amour de la chanson. Elles étaient ouvertes et intelligentes, je les entendais chanter, c’était extraordinaire, elles aimaient réciter la poésie, elles en faisaient aussi d’ailleurs. C’est cette atmosphère qui m’a prédisposé. Après la fin de la guerre, je suis parti à Alger avec ma famille. Tout a commencé là-bas, en découvrant la radio, la télévision, où je commençais à découvrir les chanteurs du moment, comme Sliman Azem, Chikh Arab Bouyezgaren, Allaoua Zarouki, Taleb Rabah… Ce dernier m’a marqué. Je n’ai jamais pensé que j’allais devenir chanteur, c’était par hasard. Ma première chanson, je l’ai écrite en 1966, c’était «Mathroud Oula Dhnek Akthar». L’émission de Cherif Kheddam était le déclic «Ighenayen Ouzekka». Mon frère, à l’époque, a ramené une guitare à la maison, de temps en temps j’y jouais, j’essayais de tirer des sons, ce n’était pas évident, y’avait personne pour m’apprendre. Mon cousin, un jour, m’a entendu chanter une chanson de Taleb Rabah et m’a demandé d’aller à l’émission, comme j’étais timide et désintéressé j’ai refusé. Mais il a insisté et c’est lui qui m’y a conduit. Moi au début, c’était plus par curiosité de voir comment est la Radio et de rencontrer Cherif Kheddam, c’était en 1967.

La rencontre avec Cherif Kheddam, comment l’avez-vous vécue ?

J’ai été très impressionné par sa gentillesse et sa simplicité. J’ai découvert son professionnalisme, il m’a mis très à l’aise. Il avait Achrof Idir et Mehenni comme assistants, ils étaient tout aussi gentils.

C’est de là que démarrent les 50 ans de carrière…

J’ai chanté «Aqliyi Am Tir Lqefs» de Taleb Rabah, il fut tout de suite conquis et il m’a demandé de revenir. C’est là que j’ai chanté ma toute première chanson. J’ai pu enfin l’enregistrer et décoller.

Aujourd’hui, avec le recul, comment évaluez-vous ce parcours ?

Avec le recul (long silence), c’est un peu compliqué. Ma vie ne diffère pas de la vie des gens de mon âge à l’époque. Ceci dit, je n’ai aucun regret ! Au contraire, je suis content, j’ai fait ce que j’aimais faire. J’ai été à l’école, j’ai fait un métier, celui de l’enseignement technique, je suis ébéniste de formation. J’aurais pu pratiquer ce métier et rester inconnu, j’aurais peut être fabriqué des guitares, mais pour les autres. Je serais vraiment ingrat si je regrettais ce que j’ai vécu.

Arriver au sommet de la pyramide c’est peut être facile, y rester c’est sans doute difficile, c’est quoi le secret de votre longévité ?

La vie est pleine de surprises ! Ceux qui brillent puis tombent dans les oubliettes, ce sont souvent ceux qui veulent absolument arriver, réussir. Ce n’était pas mon cas. Je voulais juste faire mes chansons et du mieux que je pouvais. Je voulais exprimer ce que la vie m’inspirait.

En parlant d’inspiration, d’où puise Aït Menguellet son inspiration ? Quelle est votre muse ?

En 50 ans de carrière, je vous assure que je n’ai jamais cherché l’inspiration, elle venait d’elle même. D’ailleurs, je n’ai jamais su s’il allait y avoir un nouvel album. J’attendais, et il se trouve que ça venait. Il suffit d’écouter les chansons pour comprendre.

Quand vous chantez l’amour alors, doit-on comprendre qu’une femme vous a inspiré ?

Pas forcément ! Les gens pensent que j’ai vécu une histoire d’amour.

Et ce n’était pas le cas ?

Non, c’est faux ! Je crois être un très bon observateur. La vie des autres m’inspire, il y a aussi une part d’imagination. Un poète ne peut vraiment en être un sans imagination !

Aït Menguellet n’a pas connu l’amour alors ?

Si ! Mais il y a des choses et des pans de ma vie que je ne voudrais jamais partager, ils m’appartiennent.

Passons alors au combat identitaire. C’était aussi un engagement pour vous. Comment avez-vous vécu l’époque du déni identitaire ?

A ce moment-là, chanter en kabyle relevait du militantisme. C’était opprimé. Si je parlais de ma propre expérience, je dirais que j’ai vécu la période de la jeunesse, caractérisée un peu par l’insouciance. Un jeune ne pense pas tellement aux problèmes profonds de la vie ! Cette insouciance m’a permis de franchir des obstacles. Je me suis focalisé sur le sentimental, car ça correspondait à mon âge et à mes préoccupations du moment, à ce que je ressentais à ce moment-là. Puis avec le temps, je ne pouvais ne pas remarquer la marginalisation du kabyle. On nous demandait dans la rue de parler en arabe «sinon on va nous entendre». J’ai constaté cette anomalie et je me suis posé la question : pourquoi n’ai-je pas le droit de parler ma langue ? Il n’y avait pas d’interdiction claire, mais on le vivait. Ensuite, ça a nourri la conscience de tout un chacun et on a milité chacun comme il pouvait ! Pour ma part, c’était avec la chanson. A ce moment-là, la priorité était la sauvegarde de la langue. Tant qu’on produisait, qu’on chantait et qu’on écrivait, la langue ne risquait pas de disparaître. C’était une forme de résistance.

C’est de là que vous avez donc commencé à chanter des chansons engagées ?

Moi, j’ai commencé dans la chanson. Après, chanter engagé, c’était un concours de circonstances. J’ai toujours dit que je n’aimais pas faire de la politique. Pas la politique partisane en tout cas. Je n’appartiens à aucun parti, mais je suis conscient que je fais de la politique au quotidien ! Cette politique là, c’est la vie.

Ce sont aussi des positions qui influencent vos milliers de fans…

Influencer, je ne sais pas, mais ça contribue à frapper les consciences, c’est sûr, comme je suis un personnage public. Mais je ne le fais pas sciemment. Je ne le fais pas d’une manière ciblée. Ma seule position tranchée c’est qu’on ne m’empêchera jamais d’être ce que je suis, parler ma langue et aimer mon histoire, la vraie ! Je ne considère pas cela comme étant politique, c’est un droit inaliénable, celui qui veut l’aliéner je le combattrai de toute mes forces. Personne n’a le droit de m’imposer sa langue, j’ai du respect pour toutes les langues, je suis pour le multiculturalisme, la diversité et les échanges entre les peuples, mais qu’on ne me renie pas.

Aujourd’hui, pensez-vous que les choses ont changé ? Tamazight langue officielle, on a même vu des hommages et une reconnaissance à l’éternel Mammeri…

Ce n’est que justice. C’est un Algérien, c’est sa patrie ! S’il n’est pas reconnu, c’est que la colonisation n’est pas finie ! Le contraire aurait paru normal au temps de la colonisation.

Oui mais cette reconnaissance est toute récente…

Oui et c’est pour ça qu’il y a eu un combat et une lutte. C’est la continuité d’un combat pacifique et légitime, c’est la consécration si vous voulez.

En parlant du combat, aujourd’hui, le MAK se dit la seule voix légitime des Kabyles, qu’en pensez-vous ?

Là j’userai de cette citation : «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire». Il est vrai que je n’adhère pas à ces idées. Je ne fais pas de politique, comme il n’y a pas de parti idéal. Il faut prendre ce qui est bon de chacun, faire une sélection. Mais je suis pour les libertés et que chacun assume et prenne ses responsabilités, je ne me suis érigé ennemi de qui que ce soit. Je dénonce les injustices quand elles se montrent, mais je ne peux interdire à quelqu’un de s’exprimer, ça serait renier mon propre combat.

La chanson kabyle a changé d’orientation, ne pensez-vous pas que c’est révélateur d’une mutation culturelle de la société ?

C’est une mutation oui, mais elle est aussi normale. La société évolue, en bien ou en mal. Il y a du bon et du mauvais comme avant. Mais le nouveau nous fait peur, ça nous paraît bizarre. Cela ne m’inquiète pas pour autant. Pourvu que nous continuions à nous exprimer dans notre langue.

Justement, aujourd’hui, ce n’est pas complètement le cas, cela ne serait-il pas un danger pour la survie de cette langue à long terme ?

Je ne le crois pas, pour une raison très simple : c’est un phénomène qui se passe dans le monde entier et ce n’est pas pour cela qu’il y a danger. Ce qu’il y a à faire, c’est donner les moyens à Tamazight de s’épanouir, créer des institutions pour l’étude de Tamazight. C’est le travail des intellectuels et de l’élite.

Que pensez-vous de la nouvelle génération de chanteurs ?

Ils font leur chemin. J’espère qu’ils continueront à s’exprimer. Il faut juste gérer. Je veux dire par là, régler le problème des éditeurs, pour permettre aux jeunes d’éditer.

Votre nouvel album, sorti en avril dernier, suggère des messages lancés à travers certaines chansons. Vous confirmez cette impression ?

Il n’y a pas forcément de messages, chacun interprète à sa façon, moi je m’exprime. La chanson Tudert-ni, ce sont des passages de ma vie, ça me représente et me concerne à 100%.

Pourquoi refusez-vous d’écrire votre autobiographie ?

Parce que je le fais à travers mes chansons, je chante ce que j’ai envie de révéler.

Loin de l’artiste que vous êtes, parlons un peu de l’homme. Qu’est-ce que vous aimez faire, vos habitudes au quotidien ?

Je fais du sport chaque jour, j’ai commencé à l’âge de 13 ans, j’ai fait du judo. Il y a eu une longue interruption, après mon retour en Kabylie, j’ai fait le service militaire et organisé ma vie. Puis j’ai repris, j’ai fait du Karaté cette fois-ci. J’ai une ceinture noire, première dan. Je lis aussi beaucoup.

Votre écrivain préféré ?

Yasmina Khadra.

Une chanson que vous écoutez souvent, que vous passez presque en boucle, sans vous en lasser, dans votre voiture ?

Je mets soit Djaffar, soit Tarik ! (rire) Je plaisante. Mais plus sérieusement, j’adore les écouter, mais ça ne m’empêche pas d’écouter les autres, avec l’âge, la nostalgie grandit, on revient aux anciens, c’est peut-être l’approche de la mort (rire).

Un moment fort dans votre vie d’artiste ?

Le moment fort de ma vie d’artiste, ce sont mes 50 ans de carrière. Chaque gala, que ce soit dans un petit coin perdu ou dans une grande salle, est un moment fort.

Et un moment fort dans votre vie privée ?

Il y a eu la naissance de mes enfants, de mes petits-enfants. La libération de mon fils, c’était un grand moment.

Comment avez-vous vécu cette période d’emprisonnement de votre fils justement ?

(Silence) Je l’ai vécue comme je devais la vivre, dignement, c’est tout.

Quel commentaire faites-vous si je vous dis : l’Algérie ?

Mon pays, ma patrie. C’est la diversité, on est d’une richesse humaine et culturelle extraordinaire.

La Kabylie ?

Mon identité. Une partie de l’Algérie indivisible.

Houari Boumedienne

De son temps, il y avait une chape de plomb sur nous. Mais tout n’est pas noir ou blanc. Et entre les deux, il y a toutes les nuances possibles.

Hocine Aït Ahmed ?

Un grand homme

Idir ?

C’est un ami

Vous avez une tournée cet été ?

Oui, le 1er (Ndlr aujourd’hui), le 2 et le 3 juin à la maison de la culture de Tizi-Ouzou. Les 6 et 7 à l’Atlas, le 12 à Constantine, le 18 à Oran et le 24 à Marseille. J’espère qu’il y aura d’autres dates, à Béjaïa par exemple, j’aimerais tellement la faire, mais ce n’est pas de ma faute, on ne m’y a jamais invité.

Entretien réalisé par Kamela Haddoum.


01/06/2017
0 Poster un commentaire